Réussir l'égalité femmes-hommes

Bilan de la parité au sein de la gouvernance des grands groupes

Selon le dernier rapport du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCEFH), publié en février dernier, si les sociétés du CAC 40 se rapprochent nettement du quota fixé par la loi avec 34,1% de femmes siégeant dans les conseils d’administration  (contre 23,7% il y a quatre ans), la proportion tombe à 27,8% pour l’ensemble des sociétés cotées. Au total, a récemment indiquéle HCEFH, 47 sociétés du SBF 120, dont 9  du CAC 40, ne respectent pas encore les 40% fixés.

La proportion tombe à 14,2% pour les entreprises non cotées visées par la loi. Au-delà des grands groupes, le texte Copé-Zimmermann vise en effet les sociétés comptant plus de 500 salariés permanents et disposant d'un chiffre d’affaires supérieur à 50 millions d’euros.  

Or la non-atteinte de l'objectif de 40% au 1er janvier prochain ne sera pas sans conséquence pour les entreprises. Les sanctions prévues sont, d’une part, la nullité des nominations non conformes à l’objectif de parité, et d’autre part, la suspension de versement des jetons de présence versés aux administrateurs, dont le montant s’élève en moyenne à près de 64.000 euros par an.  De quoi motiver la gouvernance des entreprises, d’autant que le seuil des sociétés concernées a été abaissé, par la loi du 4 août 2014, à 250 salariés au 1er janvier 2020.